PRESENTATION

PRESENTATION

La Côte d’Ivoire est caractérisée par un contexte épidémiologique de type mixte et généralisé. La prévalence du VIH dans la population générale continue à baisser pour atteindre 3,7% en 2012 selon la dernière Enquête Démographique de Santé (EDS CI III) et 2,7% selon le rapport ONUSIDA 2014 chez les hommes et femmes entre 15- 49 ans.


Cette baisse de la prévalence cache des disparités au niveau de certaines cibles, notamment chez les Travailleuses du sexe (TS) 11,4% selon l’enquête Bio-comportementale (IBBS, 2014) à Abidjan, et des Hommes ayant des rapports Sexuels avec des Hommes (HSH) 29,3% selon le dernier rapport de l’enquête bio comportementale (IBBS,2015) à Abidjan. Cette enquête a aussi montré que 59,5% des HSH seraient bisexuels.


Ces populations constituent les principales sources des nouvelles infections. C’est pourquoi elles ont été prises comme cibles prioritaires du PSN 2016-2020 de la Côte d’Ivoire en vue d’une riposte efficace contre le VIH et le sida.


Cependant ces populations sont difficiles d’accès du fait non seulement de leurs orientations sexuelles mais aussi des cas de violences et de discrimination dont elles sont victimes.


En effet 4,7% ont déclaré avoir le sentiment que la police ait refusé de les protéger du fait leur homosexualité. 3,2% ont déclaré avoir été mal reçu dans les structures d’offre de services. 47,2% ont affirmé que les violences physiques subies sont faites par un inconnu ou un étranger.


Bien que les agents de santé ne soient pas fortement indexés, il faut noter que 22% des HSH n’ont pas pu fréquenter les structures sanitaires par peur que l’on découvre leur orientation sexuelle.
Pour garantir l’accès équitable aux services de santé et de soins pour tous sans violence et sans discrimination, une mission de la Côte d’ivoire conduite par le Ministère de la Santé et de la Lutte contre le sida et le PEPFAR s’est rendue au Ghana en mai 2014 afin de s’inspirer de l’exemple de ce pays en matière de respect des droits humains à l’endroit des populations clés.


La mission a découvert, entre autres actions entreprises au Ghana, l’existence d’un outil électronique de rapportage des cas de violence et/ou toute autre forme de discrimination/stigmatisation dont seraient victimes ces populations par le biais d’un site Web qui est cogéré par le Ministère de la Sécurité et la Commission Ghanéenne des droits de l’homme.


Au vue de cette expérience, Il est apparu nécessaire de mettre en place en Côte d’Ivoire, un outil similaire. La création de cet outil répond au besoin de s’assurer de la prise en compte de tous les cas de violences exercées contre les populations clés et d’apporter des réponses appropriées tout en assurant la confidentialité et la sécurité des personnes requérantes et l’accès aux services de santé dans le respect de la dignité humaine.

 

Espace Connexion


Nos partenaires